administration

La pratique du canoë kayak

En eau calme

La course en ligne :

Le but de la course en ligne est de franchir la ligne d'arrivée avant les autres compétiteurs. Le classement s'effectue dans l'ordre des arrivées, la confrontation est directe. Il existe plusieurs types de distances en compétition :

  • la vitesse, qui est la seule distance olympique

Les distances olympiques de course en ligne sont : le 200 et le 500m pour les femmes et le 200 et le 1000m pour les hommes. Le plan d'eau se compose de neuf couloirs parallèles matérialisés par des bouées. Les compétitions se déroulent avec séries et demi-finales qualificatives pour la finale.

  • le fond sur 5000m

Les compétiteurs partent tous sur la même ligne de départ pour un parcours composé de trois virages. Il n'y a pas de couloirs.

Les bateaux de course en ligne -kayak ou canoë- sont dotés d'une coque en V, profilée et extrêmement instable permettant d'optimiser la glisse. Ils comportent un gouvernail, actionné au moyen d'une barre (appelée barre de pieds) située sur le cale-pieds. Par ailleurs, les kayaks peuvent être monoplaces, biplaces ou quadruples (on parle alors de K1, K2 ou K4). 

Les kayakistes ("ligneux") ou marathoniens utilisent une pagaie double dite cuillère tandis que les céistes (canoë), utilisent une pagaie simple dite pelle. Les pagaies sont en fibres de carbone comme les bateaux pour être plus légers (12 à 30 kg pour les bateaux et 0,800 à 1 kg pour les pagaies). 


 Le marathon :

C'est une discipline cousine de la course en ligne mais les distances sont plus élevées : entre 12 et 35 km en fonction de la catégorie et du sexe. Les compétiteurs partent sur la même ligne de départ pour un certain nombre de tours d'un circuit déterminé. Entre chaque tour, le compétiteur quitte son embarcation, court sur quelques centaines de metres en la portant puis embarque pour un autre tour de quelques kilomètres dans son bateau. Cela a pour but de permettre aux compétiteurs de se ravitailler car le marathon est un effort long.


Le kayak polo :

Ce sport est souvent décrit comme un mélange de kayak, de handballbasket-ball et de water-polo. La tactique et la lecture du jeu ressemblent au handball, basket-ball et au water-polo, mais à cela est rajouté la complexité des bateaux, en termes de positionnement pour tirer, de propulsion, et de protection de la balle.

Les joueurs se passent la balle à la main ou à la pagaie. Un joueur en possession de la balle peut être contré par un adversaire en étant poussé, sur l'épaule et d'une seule main. Un joueur n'a pas le droit de conserver la balle plus de cinq secondes. Il peut dribbler en lançant la balle hors de sa portée, devant ou latéralement, pagayer puis récupérer la balle à nouveau. 

Les joueurs portent des gilets de sécurité et un casque avec grille de protection, semblable au casque de hockey sur glace. Les pagaies de kayak-polo sont légèrement plus robustes que les pagaies ordinaires, et sont composées de matériaux composites comme la fibre de carbone ou le kevlar. Pour des raisons de sécurités, l'épaisseur des pâles des pagaies doit être d'au moins 5 millimètres pour qu'elle ne soit pas tranchante. La balle est la même qu'en water-polo.


 La randonnée :

En canoë ou en kayak, seul ou à plusieurs, la randonnée consiste à descendre des cours d'eau sans danger juste pour le plaisir de naviguer sans enjeu sportif. 

 

En eaux vives

Le slalom :

Les courses de slalom se déroulent en général sur un stade d'eau vive ou sur un parcours aménagé sur une rivière, mais peuvent tout autant être pratiquées sur des rivières naturelles. Le parcours comporte de 18 à 25 portes matérialisées par des fiches bicolores (blanche et verte ou blanche et rouge) sur une distance d'un minimum de 250 mètres et d'un maximum de 400 mètres. Selon la couleur de la porte, elle doit être prise dans le sens de la rivière (porte blanche et verte) ou en remontant la rivière (porte blanche et rouge). Les portes doivent être exécutées dans l'ordre des numéros affichés. Le parcours doit contenir 6 ou 7 portes en remonté et doit être navigable dans un temps s'approchant de 95 secondes pour un k1 homme. Des pénalités sont ajoutées si le compétiteur touche une porte (2 secondes par porte touchée) ou s'il rate une porte (50 secondes). Les compétiteurs ne sont pas autorisés à pratiquer le parcours avant la course.

Trois types d'embarcations sont autorisées pour ces compétitions:

  • le kayak monoplace, il doit être au minimum d'une longueur de 3,50 m, large de 0,60 m et d'un poids de 9 kg
  • le canoë monoplace, il doit être au minimum d'une longueur de 3,50 m, large de 0,65 m et d'un poids de 10 kg
  • le canoë biplace, il doit être au minimum d'une longueur de 4,10 m, large de 0,75 m et d'un poids de 15 kg



La descente :

La descente se fait sur une rivière. Le niveau d'eau-vive dépend du niveau de compétition. Il existe deux types de compétitions de descente : la classique et le sprint. La classique se déroule en une seule manche d'une durée supérieure à 5 minutes. Le plus souvent, la durée est comprise entre 12 et 20 minutes pour les meilleurs. Il s'agit d'un contre-la-montre. Les compétiteurs partent l'un après l'autre à une cadence déterminée par leur nombre et le niveau de la course. Le sprint se déroule en deux manches additionnées. La durée de ces manches est comprise entre 1 minute et 2 minutes chacune pour les meilleurs. Pour augmenter la difficulté, il est possible d'ajouter des portes directionnelles. Ces courses se font le plus souvent sur les stades d'eaux vives.

   

Trois types d'embarcations sont autorisées pour ces compétitions :

  • le kayak monoplace, d'une longueur maximum de 4,50 m, d'une largeur minimum de 0,60 m et d'un poids minimum de 11 kg
  • le canoë monoplace, d'une longueur maximum de 4,30 m, d'une largeur minimum de 0,70 m et d'un poids minimum de 12 kg
  • le canoë biplace, d'une longueur maximum de 5,00 m, d'une largeur minimum de 0,80 m et d'un poids minimum de 18 kg

Le rodéo ou freestyle :
 
 Le rodéo est une discipline du canoë-kayak dédiée au jeu et à l'exécution de figures acrobatiques en eaux vives, avec un kayak ou un canoë. Le but étant (en compétition) de faire un maximum de figure en 45 secondes dans une vague ou un rouleau (le pagayeur ne doit pas se faire sortir de la vague pour que la figure soit validée). Plus les figures sont difficiles à réaliser, plus elles valent des points. Il y a différents types de figures qui se font dans un rouleau ou tout simplement sur du plat. 
La descente de rivière ou playboat ou creek :
 
Cette pratique est plus orientée loisir, bien qu'il existe des compétitions internationales comme la SickLine organisée par Adidas. Le principe est de descendre des rivières avec un niveau de difficulté élevé en raison du volume, des obstacles ou des dangers. Cela nécessite une bonne maîtrise de son embarcation et un engagement physique important de la part du pagayeur. Les parcours empruntés étant souvent encaissés et loin de tout poste de secours, il est fortement déconseillé de pratiquer cette discipline seul.

  
 
En mer

Le kayak de mer :

Cette discipline permet de découvrir les bords de mer (tourisme, raids) ou de réaliser des courses (Merathon, Marathon). Elle se pratique avec des kayaks très longs (moyenne 5 mètres), souvent munis d'une dérive et quelquefois d'une voile, avec des compartiments fermés par des trappes permettant de recevoir des vivres, tentes, sacs de couchage. Le kayak est immatriculé aux affaires maritimes, le kayakiste de mer peut donc pêcher, alors que les kayaks définis comme "engins de plage" ne le permettent pas.


Le wave-ski :

Sur une plage à vagues, le wave-ski consiste à enchaîner le plus de figures, à l’instar du freestyle. Cette discipline est un compromis entre surf et kayak. Le kayakiste est assis sur une planche et les pieds encastrés dans des foot-straps.


 Le merathon :

C'est une discipline du canoë-kayak qui consiste en une course de longue distance en mer. La distance varie entre 4 à 11 milles nautiques selon les catégories d'âge. Cela représente, en fonction de la météo, de l'état de la mer et du niveau du compétiteur, un temps variant de 30 minutes (pour les plus jeunes parcourant 7 km) à une heure 30 minutes voire deux heures pour les adultes.